Biennale de Céramique de Prévelles-Tuffé
 
Charles Hair
Charles Hair
Charles Hair
   

Charles Hair

Artiste français

 

Charles Hair s'impose comme un maître de l'allusif et du fugitif, de la vivacité du coup d'oeil et de la légèreté des choses. Quelques effets techniques subtilement dosés, et surtout sobrement utilisés (de juxtapositions et de superpositions) suffisent à nous évoquer les sables craquelés et les galets de sa chère Loire, coupés de vasières sombres, les reflets d'un ciel de craie sur les mouvances bleues du fleuve, les moires de la surface sur les profondeurs plus obscures de ses fonds. Ailleurs, ce sont les brumes dorées de l'aurore qui s'éveille sur des eaux encore opaques.

Ces plats-paysages, ces vases-paysages, ne ressemblent ni à des peintures abstraites, ni à des objets de décoration. Ce sont des moments poétiques, comme on dit des « moments musicaux ». Ce sont des efflorescences de matière et de lumière, comme la brume s'échappe du sol, les nuages du ciel, les sillons de la terre, et le graphisme de la main du potier.

Par là, l'écriture de Charles Hair s'apparente quelque peu à celle des vieux maîtres chinois de l'encre dont le geste, si volontaire qu'il fût, devait en même temps s'identifier aux mouvements mêmes de la nature, épouser l'être des choses. C'est cette poésie de la nature dans ses multiples moments, éphémères autant qu'impérissables, que Charles Hair propose ici à notre profonde soif d'immanence.

Extrait d'un article de Jean François Juilliard,
Revue de la Céramique et du Verre, n° 168, septembre-octobre 2009.

 

Lieu d'exposition Abbaye de Tuffé
Réalisation Dominique PETIT pour La Laverie@2010